L'enduro en vélo ?

L’enduro est une très ancienne discipline de la moto qui consiste à rejoindre par des sections de liaisons en tous terrains, des portions dites « de spéciales chronométrées » plus courtes sur lesquelles la dextérité des pilotes sera évaluée. Les portions de liaisons sont souvent difficiles et piégeuses afin de fatiguer le pilote et les parcours des spéciales plus rapides pour que le chronomètre parle !


Chaque seconde est comptabilisée en point et, à la fin d’une journée, celui qui comptabilise le moins de point est le vainqueur.

Le lendemain, les pilotes repartent en sens inverse pour accomplir deux ou trois boucles de 45 à 50 kilomètres et 2 à 3 spéciales par tour.

L’enduro en vélo reprend, en quelque sorte, le même principe en utilisant les pistes proches des remontées mécaniques. Il y a bien quelques liaisons pour fatiguer les pilotes qui doivent s’époumoner sur des vélos tout suspendu (suspension à l’avant avec un débattement d’au moins 160 mm et à l’arrière de 120 à 140 mm). Cela ne facilite pas le rendement en côte !


Pourtant, on voit beaucoup d’anciens « crosseurs » se lancer dans cette discipline spectaculaire et fun qui permet de donner toute sa mesure de pilote dans les sections de descente entre les arbres, avec des sauts, des appuis, des relances de fou ! Un bain de jouvence pour ceux qui ont transpiré pendant des années sur les pistes de cross country, trouvant les descentes à chaque fois trop courtes !

Les descendeurs en fin de carrière aussi adorent cette discipline engagée mais plus raisonnable que les descentes actuelles, qui frisent le démoniaque tant les profils et les obstacles sont devenus inaccessibles pour le commun des immortels.

Chacun trouve dans cette compilation de difficultés le moyen de s’éclater ! Les crosseurs techniques excellents en côtes et en relances. Les descendeurs percutent les appuis et s’envolent à la moindre vaguelette du terrain, du fun à tous les étages.

Les Alpes, les Pyrénées, les montagnes du sud, le Jura sont les terrains de jeux privilégiés des enduristes qui se régalent dès qu’ils aperçoivent un remonte pente, synonyme de gros coups de frein, de glisse, de trajectoires fluides et d’amortis. Il ne faut pas croire que les enduristes sont des fainéants de la pédale ! Loin de là ! Ce sont de véritables athlètes qui travaillent aussi bien les longues sections de pédalage, que la technique en descente, grande consommatrice d’énergie.

L’enduro est un sport magnifique alliant « Endurance » et « Dextérité » de pilotage avec un véritable partage des valeurs qui font que les pratiquants sont devenus une véritable confrérie qui adore se retrouver sur les sommets pour descendre comme des frappadingues les petites sentes piégeuses et techniques.


Les vélos sont un mix entre un cross country tout suspendu et un vélo de descente. Un hybride équipé d’une suspension avant avec un débattement d’au moins 160 mm et un débattement arrière d’au moins 120 mm.
Le freinage est soigné avec disques à l’avant et à l’arrière ? Ceux-ci sont souvent surdimensionnés pour arrêter les bêtes en entrée de virage.  Le poste de pilotage est spécifique avec un cintre large une potence renforcée et un angle de chasse plus ouvert favorisant la stabilité en terrain accidenté.

Pour les moins radicaux, il existe aussi des vélos permettant de s’éclater avec un comportement plus cross country. Les suspensions sont plus adaptées à une pratique un poil plus douce, tout en gardant un excellent comportement dans les descentes.


Avec l’enduro ou le All mountain, le VTT a su assurer une mutation vers des demandes plus fun et plus dans l’air du temps.

Suivez-nous !+